Mes chères amies bonjour,

Suite à des événements indépendants de notre volonté le poolailler retentit d'un silence étourdissant ces dernières semaines... dieu merci, papillon de nuit et madâme l'insomniaque ont pu  faire salon et je les en remercie bien bas!

Et, en cette heure de grâce où ma progéniture est censée faire la sieste, j'ai le choix; vais je aspirer la semoule gracieusement étalée dans la cuisine, vais je ranger le tas de linge qui menace d'envahir ma chambre au risque que je ne puisse plus y accéder, vais je sagement m'assoir aux côtés de mon ainé qui a très envie de me montrer qu'il sait très bien lire maintenant,  je pourrais aussi trier les papiers qui s'accumulent depuis un mois (et accessoirement payer les factures..)  ou desherber le jardin ( ça c'est catégorique c'est non, je Hais le jardinage) ... ou alors vais je caqueter gaiement dans mon polailler préféré?

Hum, vous l'aurez compris today je n'ai pas été touchée par la grâce domestique.. pensez vous qu'il faille que je m'en confesse? J'hésite.

Comme vous le savez les poolettes peuvent se partager entre deux catégories: les poolettes qui vont aux champs et les poolettes qui restent au poolailler..

Comme je fais (malheureusement? ça dépend des jours!) partie de la deuxième case susnommée , vous comprendrez que, rester au poolailler du champ du coq jusqu'au retour du fermier , peut à la longue ,taper sur le système nerveux..

Aussi d'autres poolettes ont elles, pour se retrouver, inventé des concepts révolutionnaires;

Les cafés, les ventes privées,les bibliothèques tournantes, les cours en tous genres et autres réunions  à visée éducative...

Celles qui me connaissent savent que je suis raisonnable ;je n'ai donc pas pris toutes les options , pas de cours donc (sauf mon cours de rangement ,il faudra d'ailleurs que je vous montre un petit tuto de rangement d'une chambre, très efficace, merci les sacs poubelles).. car je ne sais ni dessiner, ni découper correctement droit, ni coudre (je ne sais même pas enfiler un fil dans ma machine à coudre..) bref vous l'aurez compris le bricolage et moi sommes divorcés depuis lomptemps... Pas de cours, pas de "chantier éducation" , parceque , merde (oups ça continue) ce ne sont pas de minettes  qui ont quoi, 3 rejetons qui vont m'apprendre comment mater les miens quoâ!

J'ai donc pris l'option cafés, bibliothèque et vente .. Un café ... je soupire en pensant aux temps où ,pauvre idiote, je ne savais pas ce que recouvrait ce concept! Après mon mariage j'ai vécu 5 ans dans un bled tellement paumé que les seules personnes que je voyais était ma voisine et ma propriétaire.. bref.

Quelque mois après mon arrivée ici, deuxième  eldorado de la femme au foyer "chic" après Versailles, j'ai reçu ma première invitation;  " Veux   tu venir prendre un café jeudi matin " .. " avec plaisir".. cruche que j'étais je pensais qu'il s'agissait d'une invitation à venir prendre un café. Point.

Las! l'expérience m'a prouvé que venir prendre un café ne signifiait pas venir le matin après le petit dej s'asseoir dans la cuisine en compagnie de la dite copine et de boire du café en bavassant...

Guillerette je suis donc arrivée, en pantalon de treillis et converse ... dans un salon rempli de minettes toutes plus chics les unes que les autres (les unes plus "vieilles France" les autres plus "fashion" mais dans l'ensemble beaucoup plus présentables que moi) , mon arrivée a généré un petit silence (évidemment elles me voyaient pour la première fois!) , puis après les présentations d'usage, la plupart ont dégainé leur carnet d'adresse pour noter la mienne, les autres réservaient leur jugement et preferaient sans doute en referer entres elles avant de m'introduire dans l'intimité de leur calepin...

La conversation a repris, je me suis retrouvée plantée là, assise sur un fauteuil branlant, une tasse de thé (sic) à la main  quand l'une d'entre elle s'approche de moi, fronce le nez et me demande un peu pincée en désignant ma fille ( blonde, robe à smocks , air "soigné" .. pas mon portait fidèle ce jour là..)  ;" c'est une petite fille que tu gardes ?" . Douche froide. C'est noté, la prochaine fois ma parure sera digne de mes interlocutrices...

De quoi avons nous  devisé ce jour là, je ne m'en souviens plus, des prouesses scolaires du fils de l'une me semble il, des écoles privées de la région, du choix médiocre dans les magazins pour enfants, de l'accouchement d'une autre...

Je m'en suis remise, j'ai appris à les connaitre ces filles qui me terrifiaient,  dans ces minis réunions mondaines on trouve de tout , des intellos, des marrantes, des un peu -godiche- mais -qui- ne -disent jamais- de- mal- de -personne -et -c'est- appréciable , des franchements snobs, des mères pool et des mères indignes , des coquettes et des mal fagotées... je me suis même fait des amies , et nous pouvons discuter à l'infini de nos eternelles questions: Travailler or not travailler? Knickers ou pantalons longs ?  break ou monospace? ..

Mais je l'avoue (à vous) quand je peux sécher un "café" j'le fais!

J'aimerais beacoup de vous parler des ventes privées , ou comment se ruiner en prenant un "café", des bibliothèques tournantes... et aussi , pourquoi pas, des activités "en couple", madame pool et monsieur coq "dinent en ville" ou se sanctifient dans un groupe "domus".... à suivre.