Mais sont donc passées les Poolettes ?
QUE font-elles ?

Eh bien pour ce qui concerne votre humble servante, elle coove. Oui mesdames. Cédant à cette mode blogosphérique, qui - soit dit en passant - n'a jamais autant mérité ce qualificatif de sphère, je couve donc un quatrième poossin ou une quatrième poossine pour l'automne. Cédant encore à cette nouvelle tendance que je crois deviner de çi, de là,  je ne résiste pas à l'envie de vous en donner une preuve photographique :


pondeuse*

Je conçois que certaines puissent être choquées de cette image d'une rare impudeur qui aurait du rester dans le secret de mon intimité avec Monsieur mon Cooq. Je prie donc ces âmes pures d'accepter toutes mes excuses et d'éloigner les plus jeunes internautes de cette image à la limite du soutenable. Quand je pense que Bonne maman m'interdisait de porter des jupes plus hautes que la maléole et que papa continue de hocher la tête dans une sorte de spasme désapprobateur dès que je me vêt d'une jupe au juste à la limite du genou... Que dirait-il s'il me voyait exhiber ainsi  mes rondeurs dans une pose lascive devant de parfaits inconnus... je suis perdue pour la cause je crois...

Perdue pour perdue ...

Je ne peux même plus porter mon alliance puisque mes ergots ont triplé de volume. Je suis donc une mère pool célibataire ... en apparence.  Mais les apparences dans notre monde comptent plus encore que tout le reste... Je suis donc doublement perdue pour la cause.

Et je dois aussi laisser mon caillou dans le coffret à bijou ; lui non plus ne passe plus... je vais devoir me faire porter pâle pour les mois qui viennent pour tous les cafés et autres bibliothèque tournante avec les poolettes ... Sortir sans mes parures ... vous n'y songez pas !!!

En plus j'ai grossi de trois plumes ... c'est atroooooooooooooce ! Je vois bien dans vos yeux que vous vous réjouissez de me voir ainsi difforme (oui, dans notre monde, la politesse cache souvent une grande mesquinerie ... bon, on l'appelle aussi hypocrisie mondaine ... mais entre nous, hein, c'est kif kif !)


Je n'ai plus qu'une seule solution.

Boire pour oublier.

Perdue pour perdue ...


* toutes ressemblances, blablabla (et taratata...)